Correspondance des arts, Debussy, Marcella Lista

La chevelure, Henri-Edmond Cross © RMN (Musée d’Orsay) / DR

L’empreinte wagnérienne sur l’œuvre de Claude Debussy se donne à lire dans son écriture musicale plus que dans l’ambition d’une théorie des correspondances. Du Prélude à l’après-midi d’un faune à Pelléas et Mélisande, ses œuvres scéniques donnent cependant lieu à une reprise de l’idéal wagnérien, d’un nouvel agencement des arts s’éloignant du modèle codifié de l’opéra. Au sein des Ballets russes, et sur toutes les scènes d’Europe au début du XXe siècle, l’esthétique de Debussy est le catalyseur de formes scéniques inédites, où se joue une dialectique entre impression et expression.

Marcella Lista est maître de conférences en histoire de l’art contemporain, responsable de la programmation art et architecture contemporains pour l’auditorium du musée du Louvre.

En savoir +

 

    Leave a Reply

      

      

      

    You can use these HTML tags

    <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>